Discours

DISCOURS DE LA PRÉSIDENTE  CÉLÉBRATION DES MACHINES
08 septembre 2007

« En février 2003, le projet de la reconversion de la magnanerie en salle d’exposition obtient le grand prix du meilleur projet, prix Rhônalpins.
Pendant ces trois ans, nous avons travaillé sur un nouveau concept touristico-culturel « Les jardins du temps ».
Projet qui passait par l’acquisition des terrains alentours appartenant au légataire universel de la Galicière.
Les négociations pour l’acquisition du terrain achoppent.
On remet la Galicière en vente :
– 100 visites,
– 3 propositions.
Toutes souhaitent débarrasser la Galicière de ses machines !
Puis on reçoit la visite de 2 Chattoises qui finissent de nous convaincre de sauver la Galicière.
Les machines nous avaient envoûtées !
Dans le même temps des copains nous suggèrent de créer une Association, ce qui fut fait en 2000.
Les Amis de la Galicière compte aujourd’hui près de 120 membres.Suite à la création du site Internet de l’Association, et à la participation à plusieurs concours, c’est une succession de récompenses et de reconnaissance, avec en point d’orgue la protection des bâtiments en 2003 et celles des machines en 2007.

Aussi, au nom de l’Association des Amis de la Galicière, je tiens à remercier,
Monsieur André Vallini, Député de la 9° circonscription de l’Isère, Président du Conseil Général de l’Isère qui nous a fait l’honneur d’être avec nous aujourd’hui,
Le Conseil Général de l’Isère, qui soutient chaque année l’Association a financé l’inventaire des machines de la Galicière, nécessaire au dossier pour l’Inscription à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historique que nous avons le plaisir de célébrer aujourd’hui.
J’adresse également nos remerciements, j’allais presque dire de cœur, à Monsieur Jean Guibal et Mme Sylvie Vincent de la Conservation du Patrimoine en Isère qui ont très vite cru en nous.
Je remercie également, pour ses actions en faveur de l’Association, Monsieur Jean-Michel Revol, Conseiller Général de l’Isère.
Je remercie Monsieur Robert Pinet, Président de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Marcellin, pour son soutien aux actions de l’Association
Je remercie aussi la Région Rhône-Alpes, la fondation du Crédit Agricole,, le Prix Rhônalpin du Patrimoine, Leader + qui nous ont aidés dans différents projets.
Et bien sûr, je remercie la Commune de Chatte pour son soutien annuel à l’association, et pour la disponibilité de ses services techniques.
J’adresse des remerciements tous particuliers à Monsieur André Roux, Maire de Chatte qui a grandement faciliter les négociations avec le légataire universel pour l’acquisition des terrains nécessaires à la création d’un parking.

Malheureusement, le légataire n’a pas tenu ses engagements, et bien qu’une partie de ses terrains soit devenue constructible nous n’avons pas pu acquérir la parcelle nécessaire à la création du parking.
Aussi l’Association s’opposera de toutes forces à toutes constructions sur le terrain du légataire tant que ce dernier n’aura pas honoré ses engagements.
Toujours habité par cette volonté de faire partager au plus grand nombre ce petit trésor su patrimoine industriel rural, mais dans l’incapacité avérée d’accueillir un large public, la Galicière doit trouver un autre chemin
L’association accueille donc sur rendez-vous les groupes intéressés par ce site, et un public toujours plus nombreux lors des journées du Patrimoine.

Le travail a repris aux fabriques de la Galicière, le bruit des ordinateurs a remplacé celui des moulins, certes ce n’est plus l’effervescence des années 1870, mais 6 personnes « charrettent » tous les jours au cabinet d’architecture L’Autre Fabrique, installée dans les communs.
La Galicière est désormais protégée au titre des MH et on se doit maintenant de la protéger physiquement, car il ne faut pas oublier que ses machines extraordinaires sont en bois.
Cela passe par création d’un bassin-réservoir, l’installation d’une borne à incendie à proximité, l’élargissement de la voie d’accès et des manœuvres de pompiers.
On se doit aussi de protéger la Galicière d’elle-même, et cela passe par la réfection de la toiture de la filature, qui menace de s’écrouler et d’embarquer la cheminée.
Les travaux prévus cet automne, permettront de disposer enfin d’espaces abrités pour accueillir des manifestations festives et culturelles sans être tributaire du temps.
L’Association pourra ainsi développer une programmation d’événements culturels toujours en phase avec le site, c’est-à-dire que les intervenants investissent le lieu, se l’approprient pour mieux le révéler comme se sera le cas avec le cœur d’hommes de Chatte Entresol qui travaille avec l’Association à la mise en scène d’un spectacle autour des chants des ouvrières de la soie.
Autre priorité, la diffusion du dossier retraçant les aventures de la Galicière depuis dix ans. Ce dossier est destiné aux mécènes qui pourront défiscaliser 75% (pour les entreprises) et 50% (pour les particuliers) de leurs dons à l’Association pour des projets centrés sur la revalorisation des machines.
Parallèlement nous travaillons aussi sur un projet d’hébergement de caractère, chez Soie, avec un E.

Je termine en remerciant tous les membres de l’Association sans qui cette aventure n’aurait pas pu être possible. »


EXTRAIT DU DISCOURS DE JEAN GUIBAL REMISE DU PRIX CRÉDIT AGRICOLE
   Avril 2003

« J’ai beaucoup de plaisir à me retrouver ici en qualité de conservateur du patrimoine de l’Isère et à saluer l’œuvre de propriétaires et d’une association qui a sauvé cet édifice, cet ensemble patrimonial lié à un patrimoine, qui jusqu’à ces derniers temps en France n’a pas été bien considéré, le patrimoine industriel et surtout en milieu rural.

Je dois vous avouer pour vraiment montrer ma reconnaissance au rôle de cette association  que lorsque j’ai visité pour la première fois le site, il y a plusieurs années, je n’y ai pas vraiment cru. J’ai pensé qu’il était impossible de sauver cet ensemble. Et sans vraiment baisser les bras,on a parlé, la commune a été sollicitée, le Conseil Général aussi, mais nous n’y avons pas vraiment cru. Et c’est là que la force d’une association a montré toute sa puissance. (…) Et là je vous assure que très vite nous avons compris que nous avions affaire à des gens qui renverse l’impossible dès les premières démarches qu’ils ont conduites.

Je me souviens quand j’ai vu apparaître leur site Internet, j’ai vu qu’ils n’étaient pas tout à fait des amateurs, (d’ailleurs ils ont eu un prix pour leur site). Ensuite (…) je me suis dit qu’effectivement, nous étions en présence de gens qui étaient capables de rassembler les savoirs, les compétences et l’énergie pour conduire un tel projet. À partir de ce moment-là, j’ai fait ce que doit faire un fonctionnaire, je me suis placé à leurs côtés. (…) »
Extrait du discours de M. Jean Guibal, conservateur en chef du patrimoine en Isère, lors de la remise du prix Crédit Agricole, en avril 2003.